Skip to content. | Skip to navigation

Personal tools

Navigation

Les fantômes français de la restorative justice:L’institutionnalisation conflictuelle de la médiation

Le concept de restorative justice est en France relativement peu connu, voire ignoré, par les universitaires comme par les praticiens. Les raisons de cette méconnaissance sont diverses. La première est linguistique. Le concept a été forgé dans les pays anglophones et il n’existe pas d’ouvrage spécifiquement consacré à la restorative justice en langue française. Les quelques ouvrages ou articles de revue qui en évoquent le contenu le font de façon accessoire (Cario 2001, Faget 1997). La deuxième raison est historique et politique. La restorative justice a pris naissance dans des pays très fortement marqués par la colonisation (Australie, Nouvelle Zélande, Etats-Unis, Canada) dans lesquels la justice étatique post-coloniale fut incapable de solutionner autrement que par la répression l’inadaptation des peuples autochtones. Face à cette impasse la revalorisation de traditions normatives communautaires fut un moyen de faire droit aux revendications identitaires de ces peuples (Jaccoud 2003). Or le contexte colonial français, pour des raisons économique et politiques qu’il serait trop long d’évoquer ici, est fort différent. La troisième raison est institutionnelle. Le modèle français de « social justice », construit à partir de 1945, fut à l’avant-garde des systèmes occidentaux (Faget 1992) et, même s’il s’est essouflé, les praticiens (juges des mineurs, travailleurs sociaux) gardent le sentiment qu’ils possèdent un éventail suffisant de mesures éducatives et n’expriment pas le désir de rechercher ailleurs de nouvelles méthodes d’action. La quatrième raison de cette ignorance est conceptuelle. Vu de France ou des pays francophones le concept de restorative justice paraît, à ceux qui le connaissent, trop confus pour être diffusé. Conçu d’abord en opposition au système punitif (Zehr 1990), puis au modèle thérapeutique et éducatif (Walgrave 1994), on ne sait pas vraiment s’il doit être compris comme une volonté réformiste d’humaniser les réponses judiciaires (ce que laisse supposer l’expression restorative justice), comme une stratégie de lutte contre les fondements expiatoires du système pénal ou comme l’ambition de disséminer les pratiques restauratives dans tous les domaines de la vie sociale.

PDF document icon fantômes med.pdf — PDF document, 81 kB (83591 bytes)

Document Actions